Le vote de 2014

La victoire de la démocratie européenne

juncker-15juillet2014

Bienvenue,  vous trouverez dans la page Pourquoi ce site, les raisons qui ont motivé des militants européens à présenter le fonctionnement des institutions, les  enjeux politiques, les protagonistes, les  principaux adversaires d’une démocratie européenne et les arguments à leur opposer. Ce site voudrait devenir un centre de ressources pour tous ceux qui croient que l’avenir de l’Europe doit être la fédération et qui veulent lutter contre le retour du nationalisme, de la germanophobie et du chacun pour soi.

En 2014, les citoyens européens ont pu exprimer leur choix à la tête de la Commission. Cette légitimité donne à la Commission un pouvoir dont Jean-Claude Juncker a bien l’intention de faire usage. Hélas les Etats nationaux récupèrent mois par mois les compétences des institutions communautaires. Il risque d’en être ainsi pour le plan Juncker où les Etats refusent de confier à la Banque Européenne d’Investissement (BEI) les moyens collectifs pour en assurer le succès. Chaque Etat veut avoir son fonds, ses budgets, ses projets pour servir son territoire, ses intérêts, ses citoyens, ruinant le mouvement de solidarité et par là-même la dynamique impulsée par la Commission avec le soutien du Parlement européen.

Un Anglais très européen

Donner un nouvel élan à l’UE : Vite

Jacques Delors,  Antonio Vitorino et les participants du Comité européen d’orientation  2014 viennent de publier, le 5 février 2015, un appel dans les plus grands titres de la presse européenne. En voici le premier paragraphe.

Les autorités européennes désignées suite aux élections de mai 2014 ont une responsabilité historique, sinon écrasante : face à la pression conjointe des eurosceptiques et des europhobes, il leur incombe de donner d’urgence un nouvel élan à la construction européenne, critiquée comme rarement, mais toujours aussi nécessaire dans une mondialisation où l’Europe vieillit et rétrécit.

A télécharger et à méditer d’urgence